mardi 29 septembre 2020

COMPTE-RENDU DU GROUPE DE PAROLE POSTULANTS DU JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020

Après une annulation de notre groupe de parole du mois de juin (situation sanitaire quelque peu anxiogène), notre première séance post vacances d’été a eu lieu le 10 septembre dans une salle Vendôme association que nous remercions au passage.

Bien évidemment nous avons respecté le protocole masque et gel hydroalcoolique ce qui ne nous a pas empêchés de bien discuter. 😊

Notre tour de table a commencé par un constat : les rendez-vous annuels ont pris du retard suite au Covid. La dernière prise de parole a fait l’objet du sujet du jour à savoir : comment survivre, remonter la pente quand on apprend que l’on n’a pas été choisi par le Conseil de Famille ?
Selon les personnes, le comportement va être différent, la réception aussi, il peut être important d’être suivi individuellement par un psychologue.

Si on analyse l’adoption sur le long terme, on peut constater qu’autrefois alors qu’il y avait beaucoup d’enfants adoptables, on peut dire de manière caricaturale que l’enfant passait «un casting».

Aujourd’hui c’est plutôt le contraire.
On est souvent très attentif à l’enfant ce qui est fort louable mais les parents potentiels sont quelque peu livrés à eux-mêmes émotionnellement.

On pourrait comparer cette situation à celle d’un entretien d’embauche. Le processus de sélection peut être ressenti très violemment.
Notre animatrice Muriel évoque le fait que lorsque l’on n’est pas choisi, c’est pratiquement comparable à un processus abandonnique.
Elle évoque aussi un contraste entre une demande de parentalité de la part des parents potentiels et une offre d’éducateurs faite par les personnes s’occupant d’adoption, on n’est pas sur une base liée à l’affectif même si on nous demande de l’avoir, ce qui est paradoxal et déroutant.

Du fait du changement des profils des enfants adoptables bien souvent des grands enfants, on peut constater qu’autrefois « ces mêmes enfants » étaient placés et non adoptés. Comme aujourd’hui ces enfants sont proposés à l’adoption, on nous demande de nous projeter en tant que parent mais parallèlement d’être plus proche de l’éducateur que du parent.
Il est donc très important pour nous d’avoir un espace de parole et d’aide. Il est important pour nous de connaître nos limites et de savoir quel est notre seuil de tolérance, il est évidemment différent selon les personnes.

Nous nous sommes dit qu’il serait aussi peut-être important qu’un espace de parole soit créé quand on vient d’adopter car c’est important de se faire accompagner, de pouvoir évoquer ses inquiétudes, constats...

Nadia

Aucun commentaire:

Publier un commentaire